Rubrique Brin de Folie

Ramener à une échelle

Oyez. Oyez. Oui braves gens, nous sommes de retour. Même si des mauvaises langues pensaient et faisaient croire que nous étions mort un soir à la sortie d’un punch/valley, ils avaient tord. Et ainsi pour tordre le cou à ces mesquins ne pensant même, s’ils sont de l’autre côté d’un océan, qu’à dire des sottises sur notre compte et dans le même temps, qu’ils allaient pouvoir nous faire passer de vie à trépas, par un tour de passe-passe via Google, leurs joies, que dis-je leurs plaisirs n’auront été que de courte durée.

Mais qu’avons donc fait, allez-vous demander pendant cette si courte période de quelques mois. Oh presque rien, nous vous répondrons même si la Terre a continué de tourner dans le bon sens et qu’un fou/dingue continue avec passion de se croire le nombril du monde. Vous aurez deviné qu’il s’agit de "mèche volage" ayant pour prénom Donald et se comportant comme son alter-ego, mais en plus con.

Langue de pute qui habitait un temps du côté de C+, ferait mieux de se cacher, car à nos côtés il va se sentir minable. Car des potins et des croustillants, nous pourrions vous en sortir des paquets de douze pendant quelques années rien que sur Donald. Mais chut, secret défense dira Manu devenu depuis quelques mois président des camemberts qui puent.

Bon, finalement pour nous occuper en dehors de nos heures de "grandes écoutes" vers les U.S.A., nous avons décidé de ramener le grand en petit, le ridicule en majestueux mais aussi l’andouille en fromage de tête, bref de faire du modélisme. Pas n’importe lequel il va de soi, permettant ainsi de toucher du pinceau le sublime comme l’angoissant, donc d’attraper le coup de pattes pour le 1:35. Ainsi tourne notre monde et notre emploie du temps depuis plusieurs semaines.

Ici pas de biscottes ni de chevaliers en armures tronqués se battant contre des fantômes, mais bien autre chose, nous donnant un invisible pouvoir sur les pinceaux, les couleurs mais aussi le petit comme le grand à coup de colle blanche et autres snif qui piquent les yeux mais donne de l’éclat à nos compositions. Et là, nous virtualisons à merveille semble-t-il, avec des oooooh ou des aaaaaaah de ceux et celles qui voyant notre oeuvre en tombent non sur le cul, mais avec l’extrême envie de toucher du doigt ce qui est somme tout assez fragile, n’acceptant ni les doigts boudinés et encore moins des ongles peinturlurés et cachant par derrière quelques Mickey d’un nez rétif à toute exploration.

Non, nous n’avons rien fumé et encore moins bu, cela n’apporte rien et pire nous détestons tout ce qui fait planer, surtout qu’ayant dans une autre existence, vu voler des vaches et sortir de terre un avion nous faisant une oeillade, nous avons décidé de ne plus rencontrer cet aéronef qui alla s’écraser contre la tour de Babylone. Ce qui entre nous n’était pas un mal en soi.
Donc nous arrivons enfin à bon port et nous espérons que vous êtes toujours accrochés à votre fauteuil, car vous risquez de déposer le bilan, alors sac en papier à portée de main, sinon vomi à l’horizon arrivant vitesse grand v.

Nous penchant sur notre passé, il nous fallait le reconstituer et pour un premier essai nous avons décidé d’allez du côté de l’Angleterre, quelques jours après le débarquement sur un aérodrome qui n’était plus de campagne. Un avion transportant un blessé vient d’atterrir sur le bitume et la pluie malgré tous les efforts du pilote, l’amène à sortir de la piste. Deux Jeep sont présentent : la première pour baliser l’avion, la seconde pour assurer le transport du blessé. Le reste n’étant là que pour donner un certain élan à ce moment de guerre.

Côté matériel, explication par l’image avec une rapide description du modèle quand c’est possible.


La jeep, le véhicule par excellence, que l’on se doit d’avoir conduit au moins une fois avant ses 50 ans, sinon vous êtes nul comme un Donald. (marque Italeri)


Ah le Piper L4 (nous tenons à la majuscule s’il vous plaît) est l’avion de reconnaissance par excellence, du moins du côté des U.S.A. Là aussi, tout pilote se doit d’avoir au moins piloté une fois ce drôle d’engin volant. (marque Bronco)


Une jeep Willys de nouveau ? Oui, mais pas n’importe laquelle, car elle permit d’assurer un train sanitaire entre le front et les hôpitaux de campagne, lors des différents débarquements des armées alliées sur l’hexagone. Un grand rôle malheureusement trop méconnu lui donnant ses lettres de noblesse.(marque Italeri)






Pour le reste, il s’agit plus d’éléments de décoration. Je ne donne ni le nom des marques utilisées car inscrites sur la boite. Si l’une des pièces vous intéresse, sachez que notre fournisseur habituel OuspModel, les propose à petits prix et ils sont sympa comme le monde entier sauf Donald, il va de soi.

Et le résultat, cela donne quoi ? Et bien quelque chose d’assez sympa avec des retours assez intéressants et prenant en compte le fait que je sois débutant. Le support est un tableau en toile de 30x30. Pour la barbouille and Co, nous utilisé Déco Acrylic de Lefranc & Bourgeois.

Première série de photos, sans modification de l’environnement.



Vue d’ensemble du diorama


Jeep ambulance


Jeep ambulance


Jeep ambulance


Jeep ambulance


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Accessoires


Accessoires


Jeep "Follow Me"


Jeep ambulance


Jeep ambulance


Jeep "Follow Me"


Accessoires


Accessoires


Jeep "Follow Me"


Jeep "Follow Me"


Jeep ambulance


Accessoires


Accessoires


Jeep ambulance


Jeep ambulance

Deuxième série de photos, avec modification de l’environnement.



Vue complète diorama


Vue complète diorama


Vue complète diorama


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail


Détail

Vous avez besoin d’infos, en disposer sur l’une des pièces, n’hésitez pas à nous écrire, c’est plus bas à droite et c’est inscrit comme sur ......

Nous sommes donc de retour et assurons nos écrits comme nos délires. Car qui est le plus fou et le plus dangereux ? Nous, assumant pleinement nos actes, ou l’autre zig de Donald pouvant à tout moment déclencher le feu nucléaire ? Fermer le ban !



Par laurent, publié le lundi 2 octobre 2017
Les Tags de l'article "Ramener à une échelle" : , , ,