Rubrique Développement Durable

Mais où est passé l’uranium ?

Depuis quelques mois, le personnel travaillant sur la centrale de Fukushima, se demande où est passé le coeur même des réacteurs nucléaires. Disparu ? Envolé ? Pas tout à fait.
Mais revenons un peu à la genèse de l’accident.



Comme le rappelle un article du journal Le Monde ...."le cœur, c’est-à-dire le combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3 en activité, lors de l’accident (le réacteur 4 était déchargé et les 5 et 6 à l’arrêt), a fondu dans les heures qui ont suivi la perte de l’alimentation électrique et de la source de refroidissement de la centrale. Ces trois réacteurs contenaient respectivement 400, 548 et également 548 assemblages de combustible, soit plus de 250 tonnes de matières nucléaires."

Depuis, plus de nouvelles de ces matières radio-actives et pas question d’envoyer un ou plusieurs techniciens au fond des cuves ou même plus bas. C’est la mort assurée en quelques heures à peine. Une seule certitude, ce magma mortel qui continue à "vivre" est bien là. Pour le retrouver, Tepco ainsi que Toshiba ont imaginé d’utiliser les muons. Baignant dans notre environnement, il s’agit de... "particules de haute énergie, produites par l’interaction entre les rayons cosmiques et les molécules de la haute atmosphère, elles se déplacent à une vitesse proche de la lumière". Donc utiliser ces particules comme des ondes radars en espérant obtenir la position exacte de ce que l’on recherche. Mais il faut faire vite, sachant que la matière continue de ronger inexorablement le fond de la cuve, dit "radier", d’une épaisseur de 8 mètres. Il faudra comme le rappelle l’article, "attendre si tout se passe bien, 2020/2025 pour commencer à récupérer le magma de 250 tonnes et les travaux sont prévus sur une durée de 20 à 30 ans".

Mais après que va t-on faire des déchets récupérés ? On va de nouveau les enfouir ? On va les immerger dans l’Océan Pacifique très proche après les avoir coulés dans des blocs de béton ? Envoyer dans l’espace en espérant qu’ils ne reviennent pas sur Terre un jour ? Ou tout simplement les stocker, en sachant qu’il faudra des milliers d’années pour qu’ils ne deviennent plus mortels ? Même si aujourd’hui la question ne se pose pas encore, vu qu’il s’agit déjà de localiser cet uranium, il va falloir y penser rapidement, avant de se retrouver au pied du mur.



Par laurent, publié le jeudi 2 avril 2015
Les Tags de l'article "Mais où est passé l’uranium ?" : ,