Rubrique Mort de Rire

Mais comment a t-elle fait ?

Le journal Le Progrès, dans son édition du 14 septembre, nous apprend en titre que « le corps découvert au barrage de Soulage est celui d’une femme coupée en deux ». Nous voici donc avec une personne morte coupée en deux parties et deux précisions apportées dans l’article :
- 1 : qu’elle se trouvait dans un sac poubelle flottant sur l’eau attenant au barrage,
- 2 : qu’elle n’avait pas été tuée par balles.


Au vu de ces informations, nous en déduisons tout de suite, même en n’étant pas enquêteur mais ayant lu quelques romans dont ceux de Conan Doyle, qu’il s’agit d’un crime. Nous osons imaginer qu’une ou plusieurs personnes désirant faire passer de vie à trépas la victime en question, l’ont d’abord tuée pour ensuite la couper en deux. Par quel moyen ? Nous vous laissons imaginer, mais nous pouvons avancer comme outils : la scie égoine électrique ou manuelle, la scie circulaire et autres joyeuseté permettant de couper déjà du bois. Il reste bien sûr le sabre laser, mais là il n’a pas encore été inventé et même si vous le permettez, le rayon laser tueur sortant des yeux de l’alien qui vient de l’autre côté de l’espace. Mais là, c’est carrément futuriste.
Maintenant, intéressons-nous à ce court article du journal Le Progrès. On y apprend ainsi que la personne (celle dans le sac poubelle) n’a pas été victime de coups de feu. On peut donc imaginer qu’elle est passée de vie à trépas en étant par exemple étouffée, noyée, empoisonnée ou autre possibilité dont l’homme a le secret pour enlever la vie à une personne.
Mais le plus important comme l’indique le rédacteur est à venir. Ainsi « la thèse de l’homicide est confirmée ». Comme le définit le site Wikipédia, l’« homicide est l’action de tuer un autre être humain. » Mais pourquoi fallait-il le mot « confirmer » ? Nous imaginons mal la victime se couper en deux, se mettre dans un sac poubelle, le fermer de l’intérieur, puis toujours dans celui-ci, se rendre au bord du barrage pour ensuite sauter dans l’eau et enfin mourir. Dans cette hypothèse, il s’agirait d’un suicide mais bon... c’est une supposition.
Et puis surtout dire que la « thèse de l’homicide » implique que l’on n’était pas sûr au premier abord, mais comme elle est coupée en deux, dans un sac plastique, ne peut qu’amener à supposer qu’il s’agit d’un crime. Pas besoin d’avoir une confirmation quelconque et encore moins venant d’un expert en criminologie pour le savoir.
Nous finirons en espérant que l’enquête confirmera bien que cette femme est morte (sait-on jamais !), que les enquêteurs trouveront rapidement le ou les auteurs de ce crime parce qu’une nouvelle fois le sexe féminin subit trop souvent le délire guerrier de l’homme. Malheureusement !



Par laurent, publié le lundi 14 septembre 2015
Les Tags de l'article "Mais comment a t-elle fait ?" :