Rubrique Développement Durable

Les différents polluants de l’aiR

Pour beaucoup d’entre nous, parler de la qualité de l’air, comprendre de quoi est fait la dioxyde de souffre (SO2) comme de l’oxyde d’azote, est reconnaissons-le, pas facile pour la majorité des français. Et pourtant, cela nous concerne tous, comme on le voit actuellement en ce début du mois de décembre avec cette pollution atmosphérique sur quelques unes des cités de l’hexagone. [1]

Rapport de la Commission des comptes et de l'économie de l'environnement intitulé "Santé et qualité de l'air extérieur"

Qualité de l’air :
Tout d’abord en ce qui concerne la qualité de l’air, il faut comprendre ses normes avec les moyennes ainsi que les limites supportables par l’homme. Pour bien aborder ces données, le rapport de la Commission des comptes et de l’économie de l’environnement intitulé "Santé et qualité de l’air extérieur" (format Pdf) présente des information assez claires et factuelles sur celles-ci. Vous pouvez aussi retrouver les normes et valeurs limites de la qualité de l’air dans ce tableau publié sur le site du Développement Durable en cliquant ici.

Dioxyde de soufre (SO2) :

Comme le souligne le site du Développement Durable, "les rejets de dioxyde de soufre (SO2) sont dûs en grande majorité à l’utilisation de combustibles fossiles soufrés (charbon, lignite, coke de pétrole, fioul lourd, fioul domestique, gazole, etc.). Tous les utilisateurs de ces combustibles sont concernés. Quelques procédés industriels émettent également des oxydes de soufre (production de H2SO4, production de pâte à papier, raffinage du pétrole, etc.). Même la nature est émettrice de produits soufrés comme par exemple les volcans".
En 2012, les principales sources d’émission étaient :

  • la transformation énergétique (46 %),
  • l’industrie manufacturière (38 %),
  • le secteur résidentiel/tertiaire (12 %).

Depuis cette étude datant de 2012, car depuis aucune autre n’a été publiée, il faut bien comprendre que les rejets de dioxyde de soufre (SO2), ont continué à augmenter malheureusement. Ainsi l’année de cette étude représente, avec 232 kt de SO2, le minimum jamais atteint depuis 1960 et correspond à une amélioration de près de 87% par rapport à 1960 et 93% depuis 1980. Nous sommes en 2016, nous vous laissons imaginer le pourcentage d’augmentation.

Oxydes d’azote (NOx) :

Présentés de manière diplomatique par le site du Développement Durable, "les oxydes d’azote sont essentiellement émis lors des phénomènes de combustion. Ils se forment principalement sous l’action de la chaleur et des processus industriels. Les principaux secteurs émetteurs sont : les transports routiers, l’industrie manufacturère, l’agriculture et la transformation d’énergie. Les oxydes d’azote sont également liés à des processus chimiques dans l’atmosphère et ils dépendent pour une part des conditions météorologiques et de l’ensoleillement." Mais dit de manière plus abruptes les oxydes d’azotes émanent principalement :

  • des pots d’échappements des véhicules à moteur à combustion (essence, gaz-oil)
  • des usines à charbon

Ils sont de plus, une cause croissante de la pollution de l’air : "ils contribuent à l’effet de serre et au dérèglement climatique, et sont acidifiants et eutrophisants ; devenus la principale source des pluies acides (alors que la pollution par les oxydes de soufre a régressé) et de l’acidification des eaux douces", comme le rappelle le site Wikipedia. Bref, l’oxyde d’azote est le mariage regroupant le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2) apportant à tout être humain et autres espéces vivant sur Terre, "une qualité de vie" se dégradant de plus en plus.

Capture d'écran partielle du site méteofrance.fr présentant le temps sur l'ensemble de l'hexagone, le jeudi 8/12/16 à 13:42

Capture d’écran partielle du site méteofrance.fr présentant le temps sur l’ensemble de l’hexagone, le jeudi 8/12/16 à 13:42


Une combinaison de ces quelques polluants plus un facteur climatologique d’un anticyclone des Açores paresseux sur une bonne partie de l’hexagone, suffit à déclarer la France désarmée face à la pollution de l’air. Comme s’il s’agissait d’un combat contre un ennemi venant de l’extérieur de nos frontières. Or, ce n’est pas le cas. Il s’agit d’une émission de différents gaz polluants et néfastes pour la santé de l’homme dont l’origine provient pour l’essentiel de l’activité humaine. L’humain se combat donc contre lui-même. A nous d’améliorer la qualité de l’air extérieur (format Pdf). Mais ce geste là doit se faire tous les jours et non pas au cas par cas. Sinon demain, les enfants de nos enfants risquent fort de nous en vouloir ! Pour éviter cela, à chacun de nous d’être un citoyen averti et actif avant qu’il ne soit trop tard !

A chacun de nous d'être un citoyen averti et actif !


[1Voir à ce sujet, notre article sur la qualité de l’aiR avec des gestes simples


Par laurent, publié le jeudi 8 décembre 2016
Les Tags de l'article "Les différents polluants de l’aiR" : , , , , , ,