Rubrique Voyages

Le brunch est universel

C’est au Beauty’s Restaurant, situé au 93 Avenue du Mont-Royal O Montréal, QC H2T, qu’est né selon la légende le brunch québécois. Il est défini comme étant le mot-valise anglais, combinant les mots breakfast (petit déjeuner) et lunch (déjeuner). Trouvant son origine au Etats-Unis, c’est un type de repas se consommant entre 11h et 15h avec un mélange suivant les lieux de salé et de sucré. Il se présente souvent sous la forme d’un buffet où chacun vient se servir en fonction de ses goûts et de son appétit, mais peut être aussi servi directement à table. N’importe quel plat un tant soit peu élaboré pourra faire partie du brunch. Il pourra s’accompagner soit de jus de fruits, boissons chaudes et même comme à New-York de champagne ou de cocktail comme le bloody mary ou le bellini.

Le Beauty’s Restaurant, le bien nommé


Ayant eu dans une autre vie, l’occasion de manger un brunch au Beauty’s Restaurant, nous en avons gardé un souvenir ému plein de saveurs où l’attente, surtout le week-end, était à la hauteur de ce qui nous a été servi. Comme toujours et quand l’occasion se présente, nous en sommes reparti, la panse bien remplie mais aussi avec un mug du plus belle effet dont son usage aujourd’hui nous permet ainsi de voyager là-bas à peu de frais.

Petit détour par la linguistique ou langue française oblige, le brunch devait selon l’Académie française faire place à "déjeunette" ou même à "grand petit déjeuner" ou à "petit déjeuner-déjeuner". L’utilisation de tels termes n’ayant pas pris dans l’hexagone, le brunch s’affiche en France depuis les années 1980.

Mondialisé en quelque sorte au même titre que la pizza ou le kebab, il s’agit pour le cuisinier le proposant à sa carte de se singulariser en quelque sorte pour donner envie au consommateur de venir le consommer et ce quelque soit le prix. Il y a donc une course à sortir à chaque fois quelque chose de nouveau et donc d’étonnant à l’inverse du Beauty’s Restaurant qui n’a pas changé ou presque la composition de ses plats.

Le brunch étant un assortiment de plat un tant soit peu élaboré, il se doit de nous donner envie et donc activer nos papilles salivaires afin d’être consommé. Une lapalissade direz-vous, sûrement mais combien de cafés/restaurants français vous servent des brunchs qui n’en n’auront que le nom mais dont le prix lui est plus qu’irraisonnable, pour ce qui vous est servi dans votre assiette. Sans compter il va de soi un cadre où vous aurez l’impression d’avoir vos voisins sur vos genoux et le service aussi loin que la distance Terre/Lune. Il parait que c’est le charme français qui plaît tant aux visiteurs de l’hexagone, soit, mais pour le french lover que nous sommes, nous pouvons affirmer que cela nous hérisse un peu le poil.

Le mariage réussit des saveurs

Brunch proposé par le restaurant Les Enfants Terribles
Alors oublions la France et direction tout simplement la ville de Québec pour y découvrir la nouvelle carte de brunch que propose ceux qui se font appeler Les Enfants Terribles. Avec Simon Laborde et Oussama Ben Tanfous aux pianos, quatre plats (deux salés, deux sucrés) illustrent à merveille les possibilité d’un bon brunch. Ici à l’inverse du Beauty’s Restaurant ou la patate grillée et l’oeuf/bacon est roi, il s’agit plus comme nous le disions de sortir du lot et de surprendre qu’autre chose. Un exemple tout simple avec ce demi-avocat grillé avec oeuf poché. On en rêvait, il l’ont fait. Il en est de même avec ce pain doré orange-chocolat ou ces trois sublimes beignets aux bleuets. Mais notre préférence ira quand même à la chakchouka merguez. Plat composé de poivrons et tomates, accompagnés de merguez d’agneau et oeuf au plat, voici la preuve selon nous que la mondialisation passe par ce mariage réussi de ces saveurs. C’est beau, c’est bon et cela donne envie d’y retourner plus souvent.

Trop rapide tour du monde du brunch

Pour finir non pas en beauté mais presque, tournons-nous vers la Suisse avec le site migusto.migros, (de la chaine migros principalement implantée en Suisse) qui n’a que pour seule ambition de vous faire... bien manger. S’adressant aussi bien aux vegans, aux sans lactose et sans gluten, il fera aussi le plaisir des bons mangeurs et bons vivants. De recettes il y en a pour tous et justement nous avons sélectionné pour vous et pour un soir, la compote de rhubarbe qui sera un excellent dessert pour finir la soirée léger, tandis qu’en plat unique, ce qui est présenté comme un hors d’oeuvre les brochettes d’asperges et de saumon fumé avec vinaigrette aux câpres conviendrons fort bien dans ce brunch tardif.
De retour dans l’hexagone avec ce constat : seuls les travailleurs de la semaine pourront apprécier un brunch. Ils sont servis exclusivement le samedi et dimanche. Pour les autres ..... nada. Il vous restera à rêver ou à partir en voyage pour apprécier un bon brunch le lundi, le mardi, le mercredi.. Bref, comme d’habitude, les français veulent toujours se singulariser. Alors oubliez-les rapidement et partons .....
Justement si vous passez du côté de New-York le site 4 coins du monde, propose quelques bonnes adresses ou le brunch est roi et pas que le week-end (bien que...). Dépaysement assuré par exemple avec un brunch apprécié avec une vue exceptionnelle sur Manhattan.
On tourne la tête à l’Est, on tourne la tête à l’Ouest et direction l’Asie et plus précisément la ville d’Hanoï. Ici on ne parlera plus de brunch mais de street-food. Mais le fond reste le même puisqu’il vous est permis quelque soit l’heure de consommer dans un même repas salé et sucré mais donnant de plus une certain charme car la rue sera le lieu où vous allez l’apprécier. Le site Le Grumeau propose de bonnes adresses culinaires qui sont des échoppes toutes simples dont la rusticité serait interdite en France tout simplement à cause de la réglementation. Mais ne vous attardez pas à ce premier contact et appréciez un trop bon Bun Cha fait de porc grillé posé sur un monticule de vermicelles de riz, ou encore les Banh Cuon étant les raviolis vietnamiens. Vous pourrez aussi consommé mais là en salle, un excellent toast avocat et ricotta ainsi que le wrap poulet au satay ou même une excellente glace (si, si).

On voit donc que le brunch est en quelque sorte universel et adapté à tous les pays comme toutes les cuisines, lui donnant ainsi une universalité que nous ne pourrions pas imaginer. Il ouvre des portes sur le plaisir mais aussi le rêve suivant ses besoins et ses possibilités et ce quelque soient les couches sociales des consommateurs. Nous finirons en vous posant la question suivante : "Dis moi quel brunch tu consommes et je te dirais qui tu es"



Par laurent, publié le vendredi 24 mars 2017
Les Tags de l'article "Le brunch est universel" : , ,