Rubrique Voir / Ecouter

La musique Atomic

Le groupe écossais Mogwai, cela vous dit quelque chose ? Si c’est le cas, vous savez donc qu’il a été formé en 1995. L’année suivante, il se voit décerner le titre de single de la semaine par NME pour le titre Summer, exploit réitéré en 1997 avec New Paths to Hélicon. De même, en 2006, le groupe compose la bande originale du film Zidane, un portrait du XXIe siècle. La même année, le groupe collabore avec Clint Mansell sur la bande originale du film The Fountain.

Le groupe écossais Mogwai
On voit donc que ce n’est pas des blancs-bec à la mord-moi-le-noeud se considérant comme des stars, car ayant pondu une galette écoutée seulement deux fois sur une chaine Youtube par deux tondus bourrés à la Kro.
Nous sommes dans un autre registre, quelque chose de puissant avec assez de métier pour vous emmener dans des concerts mémorables.
Bon, vous allez me dire que ces jeunes gens bien sous tout rapport et musiciens d’expériences sont donc du genre à plaire à tout le monde. A tout le monde ? Pas tout à fait ! Une partie seulement, car en plus d’être gentils, ils sont du genre à appuyer là où cela fait mal. Oh, ne croyez pas qu’ils soient masochistes. Non loin de là, simplement ils n’aiment pas l’atome et avec le dernier album intitulé sobrement Atomic, vous êtes au coeur de l’angoisse radioactive. Vous aurez donc compris que les pro-nucléaires ne les portent dans leurs coeurs.
Signe d’un tel engagement, la tracklist de ce dernier album vous emmène "dans l’univers et l’esthétique nucléaires" comme le souligne l’article les concernant sur le site de Fip Radio. "Les ambiances toxiques de Pripyat - cité fantôme ukrainienne emportée par la catastrophe de Tchernobyl - où les sirènes synthétiques de Little Boy - du nom de la bombe larguée sur Hiroshima - guident ainsi l’auditeur aux confins de l’angoisse radioactive." Mais ils ne se sont pas sentis investis d’une telle mission anti-atome après avoir écouté pour la énième fois Dalida chantant "Itsi bitsi petit bikini". Comme le rappelle Ghislain Chantepie sur le site de Fip Radio, "sollicité pour réaliser la bande-son du documentaire Atomic, Living in Dread and Promise diffusé l’été dernier sur la BBC, le quartet écossais a choisi de puiser dans cette collaboration cinématographique pour produire ce nouvel album".
Alors, le mariage entre l’atome et les notes de musique est-il heureux ? D’une certaine manière il l’est sans crainte de vous retrouver irradié à tout jamais. A la fin de l’écoute, il y a quand même un certain malaise qui s’est installé. Il s’agit plus de peur qu’autre chose émanant de l’atmosphère même du disque vous faisant prendre conscience que le feu nucléaire n’est pas un vain mot, pouvant détruire demain notre humanité.
Alors en attendant ce temps maudit, écoutez vite Atomic.



Par laurent, publié le lundi 20 juin 2016
Les Tags de l'article "La musique Atomic" : , , ,