Rubrique Développement Durable

La femme pas l’égale de l’homme

Comme chaque année, le 8 mars est la journée internationale des femmes. Pas de la femme, mais des femmes. La différence est importante. Mais nous ne nous attacherons pas à ce point de détail, bien que, mais plutôt comment se positionnent les femmes face au monde du travail. Plus précisément des inégalités de salaires et d’accès à l’emploi liées au sexe, à l’origine migratoire et à la résidence en France, ainsi que leur évolution depuis vingt-cinq ans. Comme le souligne le site stratégie.gouv.fr, "l’analyse économétrique le confirme : pour trouver un emploi (bien rémunéré) en France, mieux vaut être un homme, sans ascendance migratoire. Depuis vingt-cinq ans, les inégalités sur le marché du travail régressent… mais les discriminations résistent." Pire..."Les femmes sont la catégorie qui accède le plus souvent au Bac sur la période 1990-2014. Elles sont en moyenne plus diplômées que les hommes. Mais elles ont des taux d’activité inférieurs de dix points à ceux des hommes, des temps partiels supérieurs de vingt points, la probabilité la plus faible d’accéder aux 10 % des salaires les plus élevés et un écart de salaire « inexpliqué » de l’ordre de 12 %. Les femmes continuent d’être les premières victimes des inégalités sur le marché du travail".
Pour bien comprendre ces inégalités de sexe et de race, rien ne vaut quelques graphiques, bien parlant.


Ce qui est frappant c’est l’écart de salaire pour un poste donné. Mesdames il y a de quoi pleurer. Merde, descendez dans la rue et faites grèves. Nous pouvons vous assurer qu’au bout de deux jours les "mecs" ne voudront plus faire la journée à deux boulots (la partie professionnelle et la partie familiale). Et s’ils ne comprennent pas, castrez-les et là c’est vous qui porterez enfin la culotte et pour longtemps.


Portfolio


Par laurent, publié le lundi 7 mars 2016
Les Tags de l'article "La femme pas l’égale de l’homme" : ,