Rubrique Machin Truc Net

Echapper aux services de renseignements

Les services de renseignements occidentaux seraient-ils dépassés par la technologie que nous utilisons ? On peut le supposer au vu de la déclaration de l’amiral Michael Rogers, patron de la National Security Agency (N.S.A.) états-unienne. Ainsi, il ose déclarer que les attentats du 13 novembre 2015 n’ont pas pu être empêchés car « certaines communications » des terroristes étaient « chiffrées  », comme le relate le journal Le Monde (édition abonné).


C’est donc la faute aux technologies de chiffrement si, selon lui, des attentats comme celui de Paris n’ont pas été anticipés. Une manière de culpabiliser une nouvelle fois, des firmes comme par exemple Apple ou Google, proposant des smartphones où le chiffrement peut être utilisé de manière transparente par l’utilisateur. Si on suit le raisonnement du patron de la NSA, les méchants ne doivent plus dans le futur crypter leurs échanges, comme les utilisateurs lambda, car sinon ils (les services secrets) ne pourront plus venir fouiller dans nos "poubelles" numériques. Mais de quel droit se le permettraient-ils ? Tout individu a quand même droit à sa vie privée, qu’il soit un gentil ou un méchant. Alors si ces derniers utilisent des outils de chiffrement, nous avons envie de dire au patron de la NSA, que c’est son problème. A lui de trouver les informations de manière différente. Avant les smartphones, comment faisaient les services de renseignements pour trouver une information ou remonter une filière ? Ils utilisaient principalement des moyens humains pour enquêter et trouver/intercepter les informations. Cela pouvait prendre des semaines, des mois même, mais on arrivait au même résultat. Mais aujourd’hui, on ne cherche plus, on n’enquête plus. On pêche au chalut et on trie les données data, en espérant trouver un élément intéressant. On n’active plus le renseignement humain (indic, etc...). On tend ses grandes oreilles et on ramasse à la pelle. On peut nous rétorquer que les services de renseignements se sont adaptés au "temps technologique". Si c’est le cas, nous dirons qu’ils ne font que leurs travail et bien petitement. Ni plus, ni moins. Mais ils se doivent d’avoir de l’imagination pour contourner la technologie d’aujourd’hui tout en se gardant d’une intrusion permanente dans nos vies privées. Mais il est tellement plus facile pour eux de ne pas réfléchir et ainsi accuser les sociétés technologiques de tous les maux, dont principalement de chiffrer notre vie privée.
Si le patron de la N.S.A. et consoeurs, se sent dépassé par les outils d’aujourd’hui, qu’il change de métier. Qu’il laisse sa place à des personnes qui trouveront peut-être d’autres solutions moins intrusives à l’égard de nos libertés individuelles. Rappelons-nous enfin les propos du créateur du logiciel de cryptographie P.G.P. Phil Zimmermann déclarant sur notre vie privée ...."si l’intimité est mise hors la loi, seuls les hors-la-loi auront une intimité. Les agences de renseignement ont accès à une bonne technologie cryptographique. De même les trafiquants d’armes et de drogue. Mais les gens ordinaires et les organisations politiques de base n’avaient pour la plupart pas eu accès à ces technologies cryptographiques de « qualité militaire » abordable jusqu’à présent."

Alors justement, en tant qu’utilisateur des technologies d’aujourd’hui, comment nous les gens ordinaires, pouvons-nous nous protéger par exemple des services de renseignements ? Il existe différents outils en dehors de votre smartphone et ils sont simples d’utilisation. Tout d’abord le navigateur Tor, se basant sur une confidentialité lors de vos consultations de sites web. Ainsi votre FAI (Fournisseur d’Accès à l’Internet) ne pourra pas savoir quels sites vous consultez et donc stocker ces informations comme il lui est fait obligation.

Navigateur Tor
Ensuite, utiliser un moteur de recherche comme par exemple Disconnect.me, chargé d’afficher et de bloquer les trackers (les boutons de Facebook, Google+, Twitter, l’audience d’un site Web, les publicités et bien d’autres) des pages web que l’internaute visite. Parallèlement à cette activité Disconnect propose un méta-moteur de recherche avec toujours pour philosophie de préserver la vie privée de ses utilisateurs. Car ne l’oublions pas les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, etc... collationnent là aussi des données, qui le cas échéant peuvent être communiquées à des services de renseignements.

Moteur de recherche Disconnect
Pour vos échanges par courrier électronique, n’hésitez pas à chiffrer ceux-ci, que cela concerne un rendez-vous chez votre médecin ou simplement la liste des courses à effectuer le week-end prochain. Quelque soit votre Os, Microsoft, Apple, Linux, etc..., les logiciels de cryptages venant se greffer sur celui de courriers électroniques sont faciles d’utilisation et gratuits. Bien sûr, P.G.P. est très vivement conseillé. Votre vie privée en dépend car ne l’oubliez pas, par le croisement de ces multiples informations qui vous semblent anodines, un service de renseignement pourra établir votre profil et demain "sentir" quand vous ne correspondrez plus à la norme et donc vous surveiller encore plus ! Où est votre vie privée, votre libre arbitre, vos choix propres à vos envies, vos désirs, si vous les réfrénez car vous sachant surveillé ?
Se sentir potentiellement coupable car supposé surveillé, est-ce cela notre futur ? On le voit donc, c’est à chacun de nous, de nous battre par l’utilisation de ces quelques outils contre un système glissant doucement vers un système totalitaire ou nos libertés individuelles ne seront plus qu’un lointain souvenir.



Par laurent, publié le jeudi 18 février 2016
Les Tags de l'article "Echapper aux services de renseignements" : , ,