Rubrique Voir / Ecouter

Du delta du Niger aux îles Fidji

Saviez-vous que le delta du Niger subit depuis près de trente ans de perpétuelles marées-noires ?
Imaginez l’impact sur l’éco-système mais surtout sur la population qui subit sans se résigner ce type de catastrophe écologique et humaine.
Le pays ? Le Nigeria. Les causes ? Les grandes compagnies pétrolières comme le gouvernement qui est soudoyé. Encore combien de temps cela durera-t-il ? Nul ne le sait, mais une chose est sûre, déverser chaque année l’équivalent d’un Exxon-Valdez, ce tanker de 180.000 tonnes échoué sur les côtes d’Alaska en 1989, ne peut que tuer peu à peu la mangrove. C’est donc un environnement dévasté, des populations locales incapables d’assurer leur subsistance et une rébellion qui menacent la stabilité de la région.


Pour bien comprendre l’impact de cette pollution qui ne tarit pas, le reportage "Nigeria : l’éternelle marée noire" que nous vous proposons a été récompensé au festival international du film écologique de Bourges, qui s’est tenu du 6 au 9 octobre 2010, des prix de "l’Arbre d’or" et du "meilleur reportage". Il est signé de De Yann Le Gléau et Sébastien Mesquida [1].



Mais cette pollution, en plus de mettre en danger la sécurité sanitaire des habitants, de la flore et la faune maritime du Delta, pourrait même si les études ne le montrent pas encore, avoir demain (si ce n’est pas déjà fait) des répercussions sur l’environnement maritime proche mais aussi éloigné. Il suffit pour nous en convaincre d’examiner la carte des courants marins du globe.


Comme on le remarque, le courant South Equatorial longeant le Delta du Niger, est à l’inter-connexion des courants alimentant la partie Nord et la partie Sud de l’Océan Atlantique. Ces derniers sont en relation avec les courants parcourant aussi bien la partie Est de l’Afrique avec l’océan Indien mais aussi ceux qui parcourent l’océan Pacifique. Il est donc patent que la "petite" pollution du Delta du Niger qui est bien loin de chez nous, a des répercussions aussi bien à nos portes mais aussi pour les habitants des îles Fidji.
Avec une mondialisation de plus en plus importante, une population mondiale qui ne cesse de s’accroître, il est temps que cesse un tel comportement de la part de quelques riches compagnies faisant la pluie et le beau temps sur le reste du monde et qu’elles soient reconnues coupables d’avoir détruit notre jardin commun. A partir de ce moment là, le monde ne changera peut-être pas du jour au lendemain mais au moins il fera bon vivre chez nous.


[1Preuve que ce reportage est toujours d’actualité, à l’occasion du Forum social local du Cher, le 14/04/2015, Amnesty International a proposé une soirée ciné-débat avec projection de ce film


Par laurent, publié le mardi 11 août 2015
Les Tags de l'article "Du delta du Niger aux îles Fidji" : , , , ,