Rubrique Environnement

Concerné mais pas motivé

Il est toujours intéressant de comprendre comment réagissent les français face à l’environnement et de quelle manière ils participent à sa sauvegarde.
Pour ce faire, il suffit de se pencher sur les études proposées par le Commissariat général au Développement Durable. Ainsi la publication « Opinions et pratiques environnementales des Français en 2014 » (format Pdf) nous indique que "changement climatique et pollution de l’air étaient fin 2014 les principales préoccupations des Français en matière d’environnement. Ces deux sujets ont atteint cette année leur plus haut niveau depuis le début de la décennie.
En revanche, les ménages semblent moins disposés qu’auparavant à agir pour protéger l’environnement. S’ils sont toujours plus nombreux à se soucier de maîtriser leur consommation et de limiter le gaspillage pour faire des économies financières, ils se montrent dans le même temps moins enclins à modifier leurs habitudes pour des raisons strictement écologiques. Pour leurs trajets quotidiens, une part importante des Français continue ainsi d’utiliser majoritairement un véhicule motorisé en attendant une amélioration de l’offre de transports en commun et de pistes cyclables. En matière de consommation, près de la moitié des ménages consent à choisir des produits respectueux de l’environnement, à condition toutefois que ceux-ci ne coûtent pas plus cher
.« De cette étude, nous en avons extrait trois diagrammes confirmant la prise de conscience de la sauvegarde de l’environnement mais pas encore la motivation. Ainsi, à la question »Parmi les problèmes suivants, liés à la dégradation de l’environnement, quel est celui qui vous parait le plus préoccupant ?", on remarque dans le même temps une hausse significative de 20 à 25% par rapport à l’année précédente sur le réchauffement de la planète (et de l’effet de serre) mais une baisse de même ordre sur l’augmentation des déchets ménagers, passant de 13 à 8%.

A la question de savoir qui doit agir en priorité pour la protection de l’environnement, les français placent en tête à 51% les pouvoirs publics avec un point de perte par rapport à l’année 2013. Dans le même temps, ils demandent aux entreprises une plus grande implication avec un bond de 3 points à 26% par rapport à 2013. Pour les ménages, c’est un recul d’un point de 19 à 18% alors qu’il était de 23% en 2012.

Nous parlions de motivation, le dernier diagramme montre bien que celle-ci bute sur le choix du transport. Ainsi comme en 2013, ils sont 60% à choisir un véhicule motorisé individuel pour se rendre à leurs lieux de travail ou études. Dans le même temps par rapport à l’année précédente les transports en commun perdent un point à 13% tandis que la marche à pied, vélo et/ou transports en commun reste stable à 27%. Forts de ces résultats, il est à espérer que les français reportent leurs mode de transports « individuels » vers l’hybride et surtout l’électrique.

On voit à travers ces trois exemples que les français se sentent concernés par les dangers qui nous guettent demain, mais dans le même temps tout n’est pas encore en place pour leurs permettre de basculer vers une consommation éco-responsable, d’ou ce manque de motivation. Il ne s’agit plus de trainer en « pondant » des Lois sur des Lois, en cherchant des accords avec les acteurs concernés, il faut tous simplement « aller de l’avant » car cela devient urgent et nécessaire pour les générations qui arrivent.



Par Joelle, laurent, publié le lundi 13 avril 2015
Les Tags de l'article "Concerné mais pas motivé" : ,