Rubrique Blabla & Cie

A quand le prochain ?

Depuis le début de l’année, certains ne doivent plus quitter leur lit, sous la couette, avec en bonus une bouillotte. Sur la table de nuit, des sirops contre la toux, thermomètre à portée de main et mouchoirs pour une improbable goutte au nez. Le tout, sous la surveillance d’un docteur ou d’une infirmière bigote à souhait. Ces personnes ce sont des artistes en tout genre, homme/femme de lettres, chanteur, sculpteur ou tout simplement artiste. Car depuis le début de l’année, l’hiver est mortel pour certains. Une seule main ne suffit pas pour compter tous ceux et celles qui sont passés de vie à trépas, laissant un « certain » vide artistique.

Nous n’aurons pas le mauvais goût de vous rappeler que David Bowie fait partie du lot, les médias nous ayant abreuvé de sa bio même en début du 20H national. Dernier avatar pour cet artiste multi-facettes, il aura sa constellation ayant la forme d’un éclair. Espérons que les aliens apprécieront une telle marque d’affection et n’iront pas nous chiper l’éclair en question !

Vous pouvez ajouter la chanson de votre choix sur l’astérisque "David Bowie"


D’autres moins « connus » du moins ne faisant pas la Une du Vingt Heures, ont pris la tangente, mais nous ne les oublions pas, comme dirait.... Il en est ainsi du « magicien » (mais pas que) Alan Rickman. Aura-t-il sa constellation, rien n’est moins sûr, mais il va pouvoir jouer là-haut quelques bonnes pièces de Shakespeare.

Un hommage à l’acteur britannique, à la gare londonienne de King’s Cross, le 15 janvier 2016. LEON NEAL/AFP


Autre personne ayant oublié de prendre ses gouttes et son sirop contre la toux, c’est l’écrivain Michel Tournier. Toujours parti trop tôt, dit-on à chaque fois, mais il avait quand même 91 ans le bougre et ayant encore bon pied bon oeil. Mort un lundi, il n’a pas pris le temps d’attendre vendredi pour partir dans les Limbes du Pacifique.

L’écrivain Michel Tournier à son domicile de Choisel (Yvelines), en 2009. GABRIEL COUTAGNE/ENSLL/LEMONDE


Le dernier en date et l’hiver n’est pas fini, c’est la mort [1] du chanteur et guitariste Glenn Frey. Le nom vous dit peut-être rien, mais il est associé à la chanson « Hôtel California » étant membre fondateur et guitariste du groupe de rock Eagles. Si vous avez entre vingt et quatre vingt ans, vous avez du sûrement faire frotti-frotta sur cette mélodie mielleuse à souhait et qui permettait même de se croire sur la route 66.

Le groupe, dont Glenn Frey, ici en 2010, était le guitariste, était mondialement connu pour son titre « Hotel California ». RALPH FRESO/AP


Comme tout se finit en musique, nous vous proposons d’écouter la version d’Hôtel California interprété par les Gypsy King. A quand le prochain ? Qui a oublié ses cachets ?





Si vous désirez acheter ce morceau sur l’iTunes Store, cliquez sur l’image. Son prix ? 1.29€. Et oui, le succès n’a pas de prix !
Pour le titre interprété par le groupe Eagles, vous pouvez l’acheter en cliquant ici au même prix.
Si vous avez l’intention d’acheter l’album complet avec en prime la jolie pochette, cliquer ici au prix de... 9.99€.


[1Nous préférons ce terme à celui de disparition, car disparaitre c’est toujours l’espoir de revenir un jour, alors appelons un chat un chat.


Par laurent, publié le mardi 19 janvier 2016
Les Tags de l'article "A quand le prochain ?" : , ,