Rubrique Québec

150515 - Concentré tout

Il n’y a pas de trous dans la raquette au niveau des articles, simplement nous allons doucement dans notre vie de tous les jours. Et puis à quoi bon vous dire l’heure de notre déjeuner ou du souper et blablabla !
Déjà on ne va pas tourner autour du pot, mais nous nous sentons bien au Québec. Pour tout vous dire, nous voudrions rester ici. Mais il faut rentrer en France. Retrouver notre train-train habituel avec la famille, les ami(e)s, Janis et le boulot. Depuis notre retour à Montréal, nous en avons profité pour nous reposer bien sûr, mais aussi vivre à notre rythme, c’est à dire lentement et sûrement. En nous croyant presque chez nous. Nous avons continué à découvrir bien sûr la ville, avec par exemple une visite à l’Apple Store (passage obligé pour Laurent), faire du magasinage boulevard saint -Laurent [1], prendre et encore des photos des tags et autres lieux de la ville [2].


A ce sujet, nous avons pu discuter avec Georges qui travaille pour la société Hydrotech. Il vient effacer les tags appellés aussi "barbeaux" sur appel du propriétaire d’une surface taggée. Rien que pour le boulevard Saint-Laurent, il y a trois camions qui tournent chaque jour, pour effectuer ce nettoyage. Il utilise un produit dit moléculaire étalé avec un balai brosse et rince ensuite à l’eau chaude. Il lui arrive de repasser deux fois dans la même journée sur le même emplacement. Travaillant sept jours sur sept, Georges fait 70 à 80 heures par semaine et ce pendant huit mois. Les quatre derniers mois il part en vacances à Cuba ou en Floride. Avant de le quitter, il nous avoue aimer sa blonde, mais préfèrer quand même les jolies françaises.

Autre lieu, autre discussion, chez Bizarde, ou Joëlle a décidé de se faire couper les tifs. La coupe est faite à sec permettant ainsi de voir le résultat final avant le shampoing. Elle en ressort aérée, mais surtout lors de la discussion avec la coiffeuse elle apprend que les français font de la ségrégation sociale. Autant ici au Québec on accepte la personne quelque soit son origine sociale, autant en France le rang social même s’il n’est pas dit, influence fortement les rapports entre les personnes. Ainsi, sa coiffeuse, venue en France pour suivre son chum français, a dû revenir au Québec, mal acceptée par son look et ses origines sociales. Et après on dira que les anglais sont plus conservateurs que les français. Ce serait plutôt le contraire.


Pour finir, il y a nos petites attentions à l’égard des "jeunes" qui nous recoivent pour quelques jours encore dans leur appartement. Ainsi mercredi, nous avons préparé le diner avec au menu des lasagnes comme seule Joëlle sait les faire et un clafoutis pommes-poires. Rien n’est resté, enfin presque rien, puisque le lendemain matin chacun(e) est reparti avec, dans sa petite boite pour son lunch une bonne part du menu de la veille.
Il nous faut quand même préparer les valises et sacs. Il va falloir tout ranger, enrober les mugs et autres objets fragiles. Nous qui étions partis avec une veste sur le dos, revenons (presque) en tee-shirt. Le décalage horaire risque d’être un rien mortel, surtout avec cinq heures en transit à Francfort. Nous n’y pensons pas encore mais nous nous y préparons. Voilà, tout a une fin, mais nous avons bien l’intention de revenir d’ici un an ou deux. Non plus pour quelques semaines mais plusieurs mois, si bien sûr Charlotte a son visa permanent. Croisons les doigts !


[1A ce sujet, nous allons rentrer chargés comme des bourriquots avec pas mal de mugs dont le "I love you Québec". Il le fallait bien puisque Laurent commence à se faire une petite collection.

[2En ce qui concerne les photos, nous vous les présenterons par thème après notre retour en France. L’iBook G4 que nous utilisons actuellement n’est pas assez puissant pour traiter par lots un nombre important de photographies. Mais tout au long de notre périple québécois, il nous aura permis d’écrire cette série d’articles sans trop ramer. Pour les spécialistes du Mac, sa batterie tient encore plus de quatre heures sans recharge et nous n’hésitons pas à le chahuter de temps à autre dans le sac à dos.


Par laurent, publié le vendredi 15 mai 2015
Les Tags de l'article "150515 - Concentré tout" : , ,