Rubrique Québec

090515 - Clancher mollement

Québec, la ville symbole du "Je me souviens". Québec, la ville où un certain général français osa prononcer "Vive le Québec libre !" devant une foule en délire. Enfin le bastion militaire de Québec perché sur un promontoire qui se laisse visiter pour ceux et celles qui ont des mollets sportifs.



Journée de tourisme pour nous trois, puisque depuis hier Charlotte est en notre compagnie. Petit déjeuner un peu tardif, pris dans la cuisine de l’auberge de jeunesse, sauf pour Charlotte qui pu apprécier un p’tit déj. au lit. Chambre pour trois ressemblant plus à une chambrée de sous-mariniers que les lieux immenses où nous avions eu l’occasion de dormir. Mais nous nous faisons à tout. C’est un Québec encore endormi qui s’offre à Joelle et Charlotte, tandis que Laurent tapote sur le clavier. Vers 13:00, on se retrouve tous Chez Victor. C’est appétissant et tout le monde se régale. Petite cerise sur le gâteau, il est proposé du vrai café français. Un nectar pour Charlotte. Cela nous change de la veille où, espérant manger un bon repas breton fait de crêpes au vu de l’enseigne du restaurant "Au petit coin breton", nous avons été très déçus. Des crêpes avec une pâte très dure, pas d’assaissonnement dans ce qui qui était appelé une "trois légumes", sauf un peu d’eau et un prix non justifié par rapport à ce qui nous a été servi. A déconseiller fortement [1] si vous passez dans le coin.
Allez on joue les touristes du samedi. Il fait beau, alors autant en profiter. Qui plus est, ce n’est pas la foule. Nous allons ainsi découvrir le promontoir de Québec qui permet d’avoir une vue sur le saint-Laurent mais aussi sur la banlieue bordant celui-ci. On redescend doucement, enfin presque jusqu’au Château Frontenac qui domine tout. Nous nous pressons, car nous sommes à la recherche de toilettes. Action de boire de l’eau avec des glaçons. Réaction d’aller au wc. Charlotte nous guide dans les méandres de cet immense bâtiment et nous voici dans des lieux d’aisance dignes de rois et de reines. On n’ose même pas fouler les tapis qui sont moelleux et épais. Laurent avec ses chaussures pleines de poussière n’ose pas salir.



Maintenant, nous visitons le bas du vieux Québec en parcourant le boulevard Champlain. Ce ne sont que des magasins à touche-touche, vendant le souvenir qu’il vous faut avoir. Cela va du tee-shirt avec le "Je me souviens", la chemise canadienne (made in China) qui coûte les yeux de la tête et même le caribou (minuscule) qui remue la tête d’avant en arrière, nous rappelant le chien qu’on mettait sur les plages arrières des voitures. Une merveille sur la télé de mamie. Jusqu’au moment où les piles seront usées. On ose remonter à pied, un peu chargés, mais on ose quand même.
Les blondes repartent faire du magasinage non loin de là. Ce soir, c’est repas à l’auberge de jeunesse, de poisson et fruits de mer, julienne de petits légumes, crême et oignons nouveaux. Le tout arrosé d’un petit Tariquet bien frais. Sans oublier la pincée d’amour obligatoire. En dessert ? Une salade de fruits sur son lit de yaourth. Allez dodo bien mérité avec des bulles en concert.


[1Pas la peine de chercher le site internet de ce restaurant, si on peut l’appeler ainsi, car celui-ci n’est plus opérationnel.

Portfolio


Par laurent, publié le dimanche 10 mai 2015
Les Tags de l'article "090515 - Clancher mollement" : ,