Rubrique Développement Durable

Des portes qui claquent à l’ANSES ?

Encore une fois, tout ce qui touche au monde agricole est approché mais aussi publié avec de grandes précautions, mais aussi avec un sens de la mise en scène qui frôle parfois l’hystérie.
Jugez-donc : on apprend ainsi que c’est sans communiqué ni conférence de presse que l’Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié, lundi 25 juillet au soir, sur son site un rapport intitulé "L’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides". Comprenant 7 volumes soit environ rien moins que 1000 pages, c’est pourtant un rapport singulièrement explosif comme le souligne un familier du dossier, il rassemble les connaissances disponibles sur l’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides et montre notamment que les risques encourus par cette population de plus d’un million de personnes sont insuffisamment documentés et pris en compte dans le processus d’autorisation des insecticides, fongicides et autres herbicides. « Il est plausible que les informations colligées dans le texte permettent à des victimes d’attaquer l’Etat pour carence », concède même un autre familier du dossier.
Bref, cela risque de tousser fort après une bonne digestion de toutes les données publiées. Entre temps, il y a de fortes chances que les nombreux participants ayant élaborés ce rapport se retrouvent maintenant en qualité d’acteurs à jouer un vaudeville avec des portes qui claquent, tellement il y a de cocu(e)s qui se découvrent dans les placards depuis quelques jours.
Vous pouvez bien sûr retrouvez l’ensemble des rapports (7 fichiers) sur le site de l’ANSES au format Pdf.

Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail ([Anses)

Lien direct pour retrouver l’ensemble des sept rapports de l’ANSES

Voir en ligne : Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail


Publié le mercredi 27 juillet 2016
Les Tags de la brêve "Des portes qui claquent à l’ANSES ?".